La doctrine des atomes chez Kanada et Prashastapada.

La doctrine des atomes chez Kanada et Prashastapada.

L’intérêt de l’atomisme comme mode de pensée est qu’il questionne le passage de la discontinuité à la continuité, question qui jalonne l’histoire et la philosophie des sciences. La discontinuité est profondément corrélée avec les visions sur le temps, l’espace et le mouvement. Encore aujourd’hui, ces notions restent encore pleines d’interrogations et un détour par l’histoire de la pensée est l’occasion d’un plus ample réflexion. Concernant mon sujet de recherche, il s’agit de comprendre comment ces questions sur le continu restent encore en image de fond des physiciens d’aujourd’hui, qu’ils soient indiens ou français.

Lire la suite »

Publicités

Transcription de la déclaration conjointe du Président de la République, Emmanuel Macron et de Narendra Modi, Premier Ministre de la République d’Inde à New Delhi

II. Coopération économique, éducative, scientifique et technique, culturelle et entre les peuples

20. Le Président Macron et le Premier ministre MODI ont noté avec satisfaction la profondeur des liens entre les deux pays, en particulier dans les secteurs de l’économie, de l’éducation, des sciences, de la culture et du tourisme.

21. Ils se sont félicités de la signature d’un Accord bilatéral de partenariat en matière de migration et de mobilité, qui facilitera la mobilité étudiante et professionnelle entre la France et l’Inde en simplifiant les conditions d’entrée et de long séjour dans les deux pays.

Lire la suite »

L’Histoire extraordinaire de John Kelly

L’Histoire extraordinaire de John Kelly

(Soldat de la seconde guerre mondiale)

 

Quatrième de couverture

Un histoire étonnante qui décrit comment un jeune soldat américain a été guidé, tant sur le plan spirituel que sur le plan pratique, durant la Seconde Guerre mondiale, par Sri Aurobindo dont il n’avait jamais entendu parler.

… Ce livre devrait devenir un classique parmi les ouvrages écrits sur la guerre. Dans cet âge de désespoir et d’abandon, il révèle la lumière qui se trouve derrière l’obscurité et la promesse de ce qui nous attend lorsque, comme John, nous avons traversé (Robert Johnson).

« L’auteur écrit avec humour et passion ». (Nadine Gordimer, Prix Nobel de littérature).

« Cette auteure me fait penser à Dostoïevski… » Et quand je dis « Dostoïevski », c’est comme si je disais « Om », ou « Dieu ». (Henry Miller)

Née à Paris en 1930, Maggi Lidchi-Grassi a beaucoup voyagé et vit actuellement en Inde. Elle a écrit des nouvelles, des poésies, des fables, des livres pour enfants, deux pièces de théâtre et de nombreux romans traduits en espagnol, italien, allemand et français.

Pages : 262

Prix : 16€

Site pour commander l’ouvrage : https://www.thebookedition.com/fr/32720_maggi-lidchi-grassi

 

Extrait

image.pngimage.pngimage.pngimage.png

image.png

 

image.png

 

 

 

 

Malraux et l’Inde – Mes contacts avec André Malraux

RENCONTRE AUTOUR DE MALRAUX ET L’INDE : LE 27 NOVEMBRE 2014

(AMBASSADE DE L’INDE, PARIS)

Prithwindra Mukherjee

 

I

Retardé par les évènements de mai 1968, j’ai soutenu ma première thèse à la prestigieuse salle Louis Liard le 30 novembre 1970 : c’était sur Sri Aurobindo. Jean Filliozat, président du jury, me laissait entendre que ma présence serait utile en tant qu’intermédiaire entre les deux cultures, française et indienne. Il me proposa un poste à mi-temps comme son collaborateur à l’Ecole française d’Extrême-Orient, dont le siège était à l’avenue du Président Wilson, dans le quartier d’Iéna, à côté de l’immeuble où habitaient Madeleine Renaud et Jean-Louis Barrault : fasciné par les pièces qu’ils avaient montées à l’Odéon dans les années 1960, notamment « Le Rhinocéros » d’Eugène Ionesco, j’avais souvent le plaisir de saluer Jean-Louis les matins quand il rentrait d’une promenade en compagnie de son berger allemand, portant un grand bouquet de roses pour Madeleine. De temps en temps, il s’arrêtait bavarder quelques minutes. Un jour, attiré par un livre illustré sur les peintures naïves (Bazar Paintings) de Calcutta que je venais d’emprunter, il y jeta un coup d’œil et s’écria de sa voix éternellement emportée : « Mais c’est du Fernand Léger ! » Aussi pensai-je à Jean Montalbetti des Nouvelles littéraires, qui me prévenait de la grande culture de Barrault et de l’influence qu’il aurait exercée sur Antonin Artaud ainsi que sur Paul Claudel. C’était avant d’avoir le plaisir de participer à la semaine sur réflexions sur le théâtre que Barrault et Renaud avaient organisée au Récamier, en 1972, où j’allais animer la soirée inaugurale consacrée à la naissance du langage ; parmi les animateurs d’autres soirées figuraient Peter Brook, Nicolas Bataille, Jean-Marie Serreau, Jack Lang; à certaines réunions assistait Samuel Beckett. Grâce à Barrault, je fis connaissance de son adjoint Simone Benmussat qui s’occupait des Cahiers Barrault-Renaudavec Christian Gallimard : Etiemble leur avait parlé de certains de mes projets et Claude Gallimard m’avait commandé pour la collection chez l’UNESCO deux anthologies : une, Mille ans de la poésie bengali et l’autre, des nouvelles bengalies. La première anthologie était prête une fois que le regretté Etiemble avait déjà pris sa retraite.

Lire la suite »