Inde : ces séries TV qui dérangent

Extrait de la série télé indienne "Leila". (Source : Gadgets360cdn)Extrait de la série télé indienne « Leila ». (Source : Gadgets360cdn)

Sacred Games, Leila, Paatal Lok : quel est le point commun entre ces trois séries made in India et diffusées sur les plateformes de streaming ? Elles seraient responsables de la hausse des crimes contre les femmes et les enfants, selon le gouvernement.

AZADI

L’Inde et, plus largement, le monde sud-asiatique offrent un vivier infini de voix audacieuses, souvent invisibles au sein de l’espace occidental. Elles réclament inconditionnellement la liberté dans des espaces autocrates de plus en plus coercitifs. Cette chronique espère s’en faire l’écho sous le nom d’Azadi, « liberté » en hindi, en hommage à celles et ceux qui prennent aujourd’hui de nombreux risques pour la défendre.

C’est l’argument avancé début juillet par le ministre-en-chef BJP du Bihar, Nitish Kumar, qui espère faire censurer ces contenus. Les plateformes de streaming échappent pour l’instant au Cinematograph Act de 1952 et son comité dédié. C’est en effet ce dernier qui valide (comprendre : censure) les productions cinématographiques et télévisuelles et les « certifie » comme étant aptes ou non à la diffusion grand public. Cet organe gouvernemental, qui s’inscrit dans une longue tradition de censure dans la région, est particulièrement réfractaire aux films traitant, vous l’aurez deviné, de religion, de sexualité, de violence et bien sûr, de dissidence. Ainsi, très récemment, le film indépendant No Fathers in Kashmir d’Ashvin Kumar a bataillé huit mois durant pour obtenir son certificat.

Lire la suite »

Pris entre les troupes indiennes et chinoises, à 15 000 pieds

NEW DELHI – Ce sont d’abord les tours de téléphonie mobile, les nouvelles routes et les caméras de surveillance qui surgissent du côté chinois de la frontière contestée de l’Himalaya avec l’Inde.

Ensuite, il y a eu plus de désaccords entre les troupes de chaque côté, poussant, poussant et finissant par se battre.

Il y a environ trois ans, des soldats indiens ont repéré leurs homologues chinois portant des barres de fer avec de petits chiffres écrits dessus – une arme apparemment délivrée comme équipement standard, et un signe que les Chinois se préparaient pour le combat au corps à corps.

« C’est ainsi que la Chine fonctionne », a déclaré JP Yadav, un fonctionnaire récemment retraité de la police des frontières indo-tibétaine, du côté indien. « Ce sont des choses très planifiées. »

Lire la suite »

Le « plus grand centre Covid » du monde

A New Delhi, dans le « plus grand centre Covid » du Face à l’accélération de l’épidémie et à la congestion des hôpitaux, les autorités de la capitale indienne improvisent un centre d’isolement de 10 000 lits. Les médias l’ont baptisé « le plus grand centre Covid-19 » de la planète.

Sous un chapiteau métallique de près d’un kilomètre de long, des lits étroits sont alignés comme des dominos. Nichée dans un campus de 32 hectares dans le sud de Delhi, la gigantesque structure avait été conçue pour accueillir jusqu’à 300 000 disciples du centre spirituel Radha Soami Satsang Beas. Elle fera bientôt office de complexe médical, après un réaménagement entrepris en urgence par les autorités de la capitale.

Face à l’accélération de l’épidémie de coronavirus et à la congestion des hôpitaux, il leur faut trouver des solutions coûte que coûte. Hôtels de luxe, salles de mariage ou wagons de train sont convertis en centres de soins. Ce chapiteau est probablement le plus impressionnant du lot et se destine à devenir un centre d’isolement de 10 000 lits, qui ouvrira ses portes le 3 juillet aux patients atteints du coronavirus. Les médias indiens l’ont baptisé « le plus grand centre Covid-19 au monde ». 

Lire la suite »