HERBERT

Chers amis,

Pas de confinement pour le Banyan, il reste planté près du monde et étend ses racines près de l’eau vive de la littérature. Nous publions un nouveau titre pour affronter les prochains jours qui s’annoncent difficiles. Alors, voici pour vous HERBERT de Nabarun Bhattacharya. Un roman iconoclaste, absurde, surréaliste et parfois profondément mélancolique. Le plus célèbre de cet auteur.

En vous souhaitant un très bel automne, dans la joie de lire.

David Aimé

****

Herbert de Nabarun Bhattacharya

Roman traduit du bengali par Jyoti Garin

Herbert Sarkar, propriétaire unique d’une entreprise qui délivre des messages des défunts à leurs proches restés sur Terre, est retrouvé mort dans sa chambre après une nuit de beuverie avec des jeunes hommes du coin. Il s’est suicidé. Mais pourquoi ? Son activité, qui lui apportait argent, respect et gloire, était-elle menacée ? Ou était-il hanté par un fantôme plus malveillant que les autres, voire par ses propres rêves et illusions ratés ? Comme le révèlent le passé d’Herbert, sa vie et les événements explosifs qui suivent son suicide, ce « messager de l’ombre » reste un mystère dans la mort…

Le premier roman de Nabarun Bhattacharya a valeur de référence dans la littérature bengali moderne pour sa narration non conventionnelle, son langage sans compromis, son honnêteté brutale et, surtout, son humour noir.

Nabarun Bhattacharya (1948–2014) est un écrivain et poète de langue bengali dont l’œuvre entière peut se définir par un engagement constant pour une esthétique révolutionnaire et radicale. Il est le fils unique de l’acteur et dramaturge Bijon Bhattacharya et de l’écrivaine et activiste Mahasweta Devi.Il est l’auteur d’une douzaine de romans qui ont fait date et dont le plus célèbre est Herbert.

DANS LA PRESSE

« Mené tambour battant, Herbert raconte l’étrange histoire d’un orphelin à la vie marquée par la perte et le désir. Un tableau de la richesse et de l’agitation de la culture, de la littérature et de la politique bengalies du XXe siècle. » — The New Yorker

« Agile et vif, le récit de Bhattacharya ondule dans le temps : une expérience de lecture singulière. » — Publishers Weekly

« Nous avons besoin aujourd’hui de ce genre de roman qui met en lumière l’organisation de la société autour des privilèges acquis par des groupes de pression ; un roman qui va droit au cœur – ou plutôt, qui frappe à la veine jugulaire du système économique lui-même. Herbert tressaillit du souffle prophétique d’une tradition à venir. »— Ratik Asokan, 4 Columns

« Herbert se lit comme Les Cahiers de Malte Laurids Brigge de Rainer Maria Rilke transposés à Calcutta. Mettant en scène un jeune homme devenu medium, tourné vers les morts, qui boit et qui pleure à l’excès, ce récit est une mosaïque d’épisodes maniaques et immersifs. Cette traversée titubante et vertigineuse nous plonge dans une ville dont la sensualité paraît menaçante. »— Nate McNamara, LitHub

« Bhattacharya occupe une place unique au panthéon de la littérature bengalie : brillant, désenchanté et subversif. »— The Indian Express« Une incroyable résurrection qui éclate de plein fouet, vibrante de rires, de puanteur et de rage. »— John Domini, The Washington Post« Un roman étonnant, loufoque, terrifiant et libérateur, par un écrivain visionnaire. »— Siddharta Deb

http://www.editions-banyan.com/produit/herbert/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s