Inde : des femmes en première ligne face au coronavirus

L’Inde vient de franchir le cap des 3 millions de personnes contaminées. Sur place, 60 000 personnes contractent chaque jour la maladie. En première ligne, des femmes travailleuses sociales tentent de surveiller les quarantaines et d’identifier les personnes infectées dans les communautés les plus pauvres du pays.

Dans les communes rurales d’Inde, des femmes arborant des tuniques rouges arpentent les rues. Ce sont des travailleuses sociales, toutes volontaires. Sans elles, les habitants seraient complètement abandonnés. Elles tiennent des registres, et placent les familles en quarantaine lorsque des symptômes sont déclarés. Ces travailleuses sociales veillent également à livrer ce dont les cas positifs ont besoin lorsqu’ils sont confinés.

Une prime de 12 euros de la part du gouvernement

Les femmes en rouge visitent des dizaines de maisons chaque jour. Ce sont les anges gardiens des villages. Une mission qu’elles font sans réelle protection. « Nous n’avons pas reçu de gants, rien du tout du gouvernement », indique l’une d’entre elles. A la base, ces femmes sont en charge des campagnes de vaccination. Elles aident également lors des accouchements. Quand la pandémie est arrivée, elles se sont retrouvées sur le front en charge des tests Covid-19. Le gouvernement leur a accordé une prime de 12 euros.

Les circonstances académiques et politiques de l’entrée de Gramsci en Inde

Gramsci en Inde : la réception de sa pensée dans les Subaltern Studies.

La réception de la pensée de Gramsci dans le monde anglophone commence avec la traduction d’une partie de ses écrits, recueillis dans l’anthologie The modem Prince and other writings1 (1957). C’est dans le milieu intellectuel du History Group de Londres et des représentants de la New Left britannique que l’on voit se manifester un premier intérêt international envers la figure de Gramsci. Intellectuels comme Anderson et Hoggart, Hobsbawm et Williams instaurent avec le penseur italien un dialogue fructueux, riche de perspectives et développements différents. 

Même la réception indienne de la pensée du philosophe italien pose l’accent — surtout dans un deuxième temps et c’est-à-dire avec la naissance et le développement du Collectif des Subaltern Studies — sur l’approche théorique gramscienne qui va bien au-delà du déterminisme lié à l’économique pour s’efforcer d’analyser les superstructures et la dimension culturelle et hégémonique des relations de pouvoir. L’attention des intellectuels indiens se tourne vers la lecture très peu élitiste proposée par Gramsci de la capacité d’élaboration philosophique et d’action pratique de chacun et vers ses réflexions originales autour de la dialectique entre classes dominantes et classes dominées. 

Lire la suite »

Des villes vendues en bourse

Des villes vendues en bourse

À propos de : Sai Balakrishnan, Shareholder Cities. Land Transformations Along Urban Corridors in India, Penn Press.

En Inde, la croissance urbaine est si rapide qu’en quelques années des villes jaillissent sur des zones agricoles. Pour convaincre les paysans de céder leurs terres, les promoteurs les associent à l’actionnariat de leurs entreprises. Ce modèle inédit d’urbanisation met en péril la démocratie locale.

Imaginez une ville nouvelle qui jaillirait soudainement de champs de canne à sucre, au cœur de l’Inde. Avec son architecture de vague inspiration singapourienne ou méditerranéenne, cette cité de haut-standing serait entièrement conceptualisée, construite et gérée par une entreprise privée. Les cultivateurs, propriétaires originels des terres cédées à la ville, seraient eux transformés en partenaires à part entière, et même en actionnaires (shareholders), leur permettant de brasser une rente à long-terme sur les bénéfices de cette opération immobilière lucrative.

Lire la suite »

Autosuffisance de l’Inde : Inverser les rôles

Par Vinayak Surya Swami

L’Inde célèbre son 74ème anniversaire  d’indépendance en août 2020. Alors que le pays s’attaque à la propagation du COVID-19, le Premier Ministre Narendra Modi a préconisé une action visant à rendre l’Inde autonome grâce à une série de mesures et de programmes d’aide économique.

Avec l’avènement de la pandémie du nouveau coronavirus, un nouvel ordre économique mondial est en train d’émerger et les nations ne font que l’accepter. Le Premier Ministre indien Narendra Modi a été rapide dans cette prise de conscience et a en conséquence modifié les politiques existantes et introduit plusieurs initiatives multisectorielles pour promouvoir la vision d’une économie florissante pour l’Inde. Réaffirmant sa conviction, dans une récente allocution, il a déclaré: «Quelle que soit l’ampleur de la crise, l’Inde est déterminée à en faire une opportunité. » Il a ensuite appelé la nation pour son soutien à cet égard en faisant de l’Inde «Aatma Nirbhar» ou autosuffisant. Le Premier Ministre Modi a également annoncé un programme de secours de 20 milliards INR (équivalent à 10% du PIB de l’Inde) qui orientera le pays sur la voie d’un développement et d’une croissance rapides et créera une chaîne d’approvisionnement locale solide.

Lire la suite »

Pandit Jasraj

La mort de Pandit Jasraj, sommité du chant classique d’Inde du Nord

Le maître de la musique hindoustanie, un des derniers de sa génération, est mort le 17 août, à 90 ans, aux Etats-Unis. 

Le chanteur classique indien Pandit Jasraj et sa fille Durga Jasraj à Mumbai (Inde), en octobre 2016.
Le chanteur classique indien Pandit Jasraj et sa fille Durga Jasraj à Mumbai (Inde), en octobre 2016. STR/AFP

C’était un maître de la musique hindoustanie, la musique classique de l’Inde du Nord, sans aucun doute l’un de ses plus éminents enchanteurs. L’un des derniers chanteurs de sa génération, dans le registre du chant khyal, ce style fluide et léger aux nuances infinies inventé à partir d’un tissage du chant dhrupad – plus ancien – avec des musiques arabe et persane, au milieu du XVIIIe siècle, dans les cours des sultans. Pandit Jasraj est mort, lundi 17 août, à l’âge de 90 ans, dans l’Etat du New Jersey (Etats-Unis), des suites d’un arrêt cardiaque, a annoncé sa fille adoptive Alka Aneja, en racontant qu’il avait chanté jusqu’à son dernier souffle dans un échange vidéo avec ses étudiants. Pandit Jasraj séjournait aux Etats-Unis avec ses enfants depuis mars, au moment où les vols internationaux avaient été interrompus en raison de la pandémie de Covid-19.

Lire la suite »

L’Inde franchit la barre des 50.000 morts, mais annonce trois vaccins à l’essai

L'Inde a passé, lundi, la barre des 50.000 morts dus au coronavirus.

Le coronavirus a coûté la vie à 50.921 personnes en Inde depuis le début de la pandémie. Trois vaccins sont actuellement à l’essai dans le pays qui se tient prêt à démarrer une production de masse.

C’est un funeste record. Avec 941 décès enregistrés en 24 heures, l’Inde a passé, lundi, la barre des 50.000 morts dus au coronavirus . Le pays se classe en quatrième position des nations où l’épidémie a fait le plus de victimes, derrière les Etats-Unis, le Brésil et le Mexique. Si ces chiffres paraissent vertigineux, le ministère de la Santé indien rappelle régulièrement que le taux de mortalité dans ce pays de 1,3 milliard d’habitants est l’un des plus faibles au monde. Lundi, il s’établissait ainsi à 1,92 %.

Lire la suite »

Message to Humanity

Hello everyone!
Today we have a very special release that we warmly recommend to you.Here I report instead some words of Henry Bernard Levin, one of the numerous researchers who worked for the Club of Rome, who commissioned him a study entitled Time Perspective and Morale, focused on strategies to demoralize the citizens of a certain nation and, if not obedient to the One Technocratic Thought, also their rulers. I report a dramatically current extract, which makes us think a lot:
« One of the main techniques for breaking morale through a strategy of terror consists in exactly this tactic: keep the person hazy as to where he stands and just what he may expect. In addition, if frequent vacillations between severe disciplinary measures and promise of good treatment together with the spreading of contradictory news make the structure of the situation unclear, then the individual may cease to know whether a particular plan would lead toward or away from his goal. Under these conditions, even those individuals who have definite goals and are ready to take risks are paralyzed by the severe inner conflict in regard to what to do. »
Acquiring  awareness on an individual level, and making critical mass on a collective level, are instead among the most effective means at our disposal to contrast these perverse designs of manipulation and creation of a global control grid – by the way, a digital health passport (registered in March with the name of covipass) is ready to track every smartphone owner (and I’m not one of them)!
Thank you all.
Gaia Ambrosini
www.arianuova.org 
www.eric.theater 
www.lacalama.it

Kamala Harris

Kamala Harris première candidate à la vice-présidence américaine affiche avec fierté son origine sud-asiatique.

Harris est né le 20 octobre 1964 à Oakland en Californie. Sa mère Shyamala Gopalan a émigré aux États-Unis du Tamil Nadu en Inde, tandis que son père, Donald J. Harris, est arivéé aux États-Unis venant de la Jamaïque.

La sénatrice Kamala Harris, candidate démocrate à la vice-présidence, lors de son discours inaugural à la communauté indo-américaine, a évoqué son fier héritage indien et rappelé comment sa mère a toujours voulu lui inculquer un «amour pour les bons idli».

Harris, 55 ans, qui est la première noire à être sélectionnée comme candidate à la vice-présidence d’un grand parti, a fait un voyage dans le passé, évoquant ses «longues promenades» à Madras (aujourd’hui Chennai) avec son grand-père qui lui parlait des «héros» responsables de la naissance de la plus grande démocratie du monde.

Lire la suite »

HUIT STANCES SUR L’INCOMPARABLE

HUIT STANCES SUR L’INCOMPARABLE (Anuttarāṣṭikā)Abhinavagupta (Cachemire, Xe-XIe siècle)1. Ici, nul besoin de progrès spirituel ni de contemplation, ni d’habileté de discours, ni d’enquêtes, nul besoin de méditer, ni de se concentrer, ni de s’exercer aux prières marmonnées. Quelle est, dis-moi, la Réalité ultime absolument certaine ? Écoute ceci : ne prends ni ne laisse et, tel que tu es, jouis heureusement de tout.2. Du point de vue de la Réalité absolue, il n’y a pas de transmigration. Comment alors est-il question d’entrave pour les êtres vivants ? Puisque l’être libre n’a jamais eu d’entraves, entreprendre de le libérer est vain. Il n’y a là que l’illusion de l’ombre imaginaire d’un démon, corde prise pour un serpent qui produit une confusion sans fondement. Ne laisse rien, ne prends rien, bien établi en toi-même, tel que tu es, passe le temps agréablement.3. Dans l’Inexprimable, quel discours peut-il y avoir et quelle voie différencierait adoré, adorant et adoration ? En vérité, pour qui et comment un progrès spirituel se produirait-il, ou encore qui pénétrerait par étapes dans le Soi ? Oh Merveille ! cette illusion, bien que différenciée, n’est autre que la Conscience-sans-second. Ah ! tout est essence très pure éprouvée par soi-même. Ainsi, ne te fais pas de soucis inutiles.4. Cette félicité n’est pas comme l’ivresse du vin ou celle des richesses, ni même semblable à l’union avec la bien-aimée. Le surgissement de la Lumière consciente n’est pas comme un faisceau de lumière que répand une lampe, le soleil ou la lune. Quand on se libère des différentiations accumulées, l’état de bonheur est une allégresse comparable à la mise à terre d’un fardeau, l’apparition de la Lumière est l’acquisition d’un trésor oublié : le domaine de l’universelle non-dualité.5. Attirance et répulsion, plaisir et douleur, lever et coucher, infatuation et abattement, etc., tous ces états participant aux formes de l’univers se manifestent comme diversifiés, mais en leur nature ils ne sont pas distincts. Chaque fois que tu saisis la particularité d’un de ces états, attentif aussitôt à la nature de la Conscience comme identique à lui, pourquoi, plein de cette contemplation, ne te réjouis-tu pas ?6. L’efficacité de ce qui existe actuellement n’existait pas auparavant ; de façon soudaine, en effet, surgissent toujours les choses en ce monde. À quelle réalité peuvent-elles prétendre, ainsi troublées par la confusion déformante de l’état intermédiaire ? Quelle réalité y a-t-il dans l’irréel, l’instable, le falsifié, dans un amoncellement d’apparences, dans l’erreur d’un rêve ? Reste par-delà l’imperfection propre aux angoisses du doute et éveille-toi.7. L’inné ne peut être sujet au flot des existences objectives ; celles-ci ne se manifestent qu’éprouvées par toi. Bien que privées par nature de réalité, en un instant, par la faute d’une erreur de perception, elles prennent part au réel. Ainsi jaillit de ton imagination la grandeur de cet univers puisqu’il n’existe pas d’autre cause à son apparition. C’est pourquoi, par ta propre gloire, tu resplendis dans tous les mondes et, bien qu’unique, tu es l’essence du multiple.8. Lorsque surgit la Conscience en tant que contact immédiat avec soi-même alors le réel et l’irréel, le peu et l’abondant, l’éternel et le transitoire, ce qui est pollué par l’illusion et ce qui est la pureté du Soi apparaissent radieux dans le miroir de la Conscience. Ayant reconnu tout cela à la lumière de l’essence, toi dont la grandeur est fondée sur ton expérience intime, jouis de ton pouvoir universel.

Lire la suite »